If you do not see content of CU3ER slider here try to enable JavaScript and reload the page

lundi 27 février 2012

Le 2ème tour de la Présidentielle...

L'équipe Emc3 dévoilera très prochainement un site dédié aux votes en France, réalisé avec le concours d'un géographe expert en la matière. En attendant, voici un cas concret relatif au scrutin majeur de 2007, où Géoclip O3 expose quelques distrayantes techniques cartographiques et statistiques.

Voici la carte brute des résultats : en bleu, les communes ayant voté majoritairement Sarkozy au second tour en mai 2007. Une diagonale Montpellier-Rennes sépare globalement les deux orientations. La Bretagne apparaît bordée par un arc bleu allant de la Manche à la Vendée. Plus au sud, l'Aveyron confirme son ancrage traditionnel à droite.
Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Les limites de la représentation choroplèthe sont bien connues : la couleur affectée à une commune ne dit rien du nombre de personnes qui y ont voté. Ainsi une commune peu peuplée et de vaste superficie, en montagne par exemple, imprimera visuellement un signal plus fort qu'une commune peuplée d'emprise réduite, ce qui induit quelques fâcheuses distorsions.

C'est pour améliorer ce type de représentation que l'Insee a mis au point un indice pondéré par les effectifs, la densité d'écart à la moyenne. Cette technique fait nettement apparaître les lignes de force du vote sarkozyste : l'Alsace y apparaît plus contributrice encore que Champagne-Ardennes. Une grande couronne parisienne fournit les plus forts contingents de votes en faveur du candidat UMP. Le département du Rhône, la Haute-Savoie, et le littoral méditerranéen de Montpellier à Nice se détachent également. Sur la façade atlantique, on relève clairement la spécificité du bassin d'Arcachon et d'une bande allant de Royan à la Baule.

La formule de la densité d'écart à la moyenne s'exprime ici pour chaque commune comme, par exemple :
( part du vote Sarkozy - part moyenne du vote Sarkozy en France ) * nombre de votes exprimés / superficie de la commune. L'indice présente des valeurs négatives et positives. Les tons bleus correspondent aux communes dont le vote pro-Sarkozy est supérieur à la moyenne nationale.

Autre technique couramment employée, le lissage par contiguïté atténue les différences entre communes adjacentes, par le calcul d'une moyenne mobile. S'il coagule mieux les phénomènes, il filtre moins efficacement les communes faiblement peuplées.

Vous pouvez retrouver et construire vous même ces cartes avec l'application Open data France découverte (dans la légende, choisir Options/Avancé).
Accéder à la carte interactive du second tour 2007

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire