If you do not see content of CU3ER slider here try to enable JavaScript and reload the page

samedi 3 décembre 2011

Utiliser intelligemment GoogleMaps, le Géoportail
et autres globes virtuels

La vocation première de Géoclip O3, outil d'analyse, est de produire des représentations thématiques. Elle n'est pas d'afficher des fonds de plan urbains ou des photographies aériennes. Pour autant, ces images d'arrière-plan peuvent aider à mieux situer les phénomènes représentés, pour peu que l'on observe quelques règles simples.

Une fois n'est pas coutume, commençons par un contre-exemple...

Voici deux versions de la même analyse, celle de droite, réalisée également avec O3 est la plus "tendance" aujourd'hui, notamment sur les sites de presse :

Elle est pourtant moins facile à lire. A droite, du fait de la transparence, les contrastes entre départements à valeur forte ou faible sont moins marqués. Les éléments d'habillage sont mal hiérarchisés : on note une forte densité de noms de villes et de couleurs parasites du côté de la Belgique ou de l'Allemagne. Les villes françaises en revanche sont peu visibles sous l'analyse, et l'on différencie mal les plus importantes d'entre elles. Inutile de souligner qu'une personne ayant du mal à lire les petits caractères à l'écran ou à distinguer les nuances de couleur sera moins à l'aise avec cette version.

En revanche, quand le zoom est plus élevé, et lorsque la représentation statistique porte sur des symboles, la résonance entre arrière-plan et avant-plan peut s'avérer efficace :
Ici, la mise en évidence du relief permet de mieux comprendre les espaces moins denses de la carte.

Géoclip O3 permet de faire appel à tout moment à Google Maps, OpenStreetMap, ou à des services nationaux comme le Géoportail de l'IGN en France ou l'OpenSpace de l'Ordnance Survey anglais.

O3 respecte naturellement les conditions d'emploi imposées par ces différents fournisseurs. Par exemple, c'est bien le composant Google Maps qui est appelé, et non les dalles images directement, ce que Google n'autorise pas. Le gestionnaire du site doit se conformer par ailleurs aux termes de licence du fournisseur, qui varient selon que le site est à vocation commerciale ou pas, diffusé en intranet ou sur Internet, etc.

Le logo du fournisseur est obligatoirement affiché sur la carte. Le recours à ces services suppose l'ouverture d'un compte (Google) ou d'un contrat (IGN), gratuit pour les usages les plus courants. Les clés correspondantes sont saisies dans l'interface de gestion d'O3.

Vous pouvez bénéficier de ces services même si vos couches vectorielles sont dessinées par défaut dans une projection différente de celle que la plupart de ces services de plans utilisent. O3 reprojette à la volée les tracés vectoriels de façon à les rendre superposables avec les images. Par exemple, sur le site du ministère de l'Agriculture, les cartes du recensement agricole 2010 sont présentées par défaut en projection française Lambert 93. L'appel d'une couche du Géoportail (menu Voir > Afficher de nouvelles couches > IGN Géoportail) provoque automatiquement la reprojection de la couche communale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire